A. Les pollutions marines

 

 

Il existe 5 grands types de pollutions marine :
• par hydrocarbures
• par produits chimiques ou toxiques
• radioactive, du fait des épaves dangereuses ou nocives
• organiques
• telluriques

Elles peuvent être d'origines accidentelles ou volontaires .
En 2009, 350 rapports de pollutions majeures ont été enregistrées , dont 180 par hydrocarbures. Souvent dû aux dégazages intempestifs et illicites, mais aussi aux naufrages, aux navires de pêche, de commerce, de plaisance, ainsi que pour les activités de loisirs nautiques. Les zones maritimes avoisinantes les agglomérations souffrent du rejets et de l'urbanisation (eaux usées, ordures...).

 

Les pollutions peuvent être de faible ou grande ampleur, le degré de la menace permet de déterminer l'organisation à mettre en place.

Les pollutions de faible et moyenne ampleur, combattues à l'initiative du préfet maritime dans le cadre de ses attributions habituelles et avec les moyens de la marine nationale (déjà affrétés généralement) aidés par ceux des autres administrations concourant a l'action de l'état en mer.

Les pollutions d'ampleur « supérieures » (ou complexes) sont déclarées dès le niveau 2 du plan ORSEC maritime méditerranée. Dans ce cas, la Cellule d'Urgence et de Réflexions (CUR) propose au préfet maritime de recourir au Centre de Traitement de Crise (CTC) et faire appel à l'état-major de crise. Dès lors le préfet maritime aura autorisation de disposer de moyens de lutte privée (sous contrat) ou réquisitionnés ainsi que des moyens étrangers (d'état ou privée) en plus des moyens disponibles de l'état. Chaque sinistre maritime est donc un cas particulier pour lequel les modalités d'intervention dépendront de nombreux facteurs.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site